Votre patrimoine est un projet d'avenir
02/02/2016
BCE
Toujours Plus
Prochaine réunion du 10 mars 2016

La BCE a clairement ouvert la porte à de nouvelles mesures d’assouplissement, probablement dès sa prochaine réunion, le 10 mars. Parmi les annonces possibles, nous nous attendons à une baisse du taux de dépôt et à une prolongation du QE de six mois. La BCE pourrait envisager d’autres mesures, mais des initiatives supplémentaires ne nous semblent pas utiles à ce stade

Mario Draghi a mis l’accent sur les facteurs d’incertitude entourant la reprise économique en zone euro (doutes sur la croissance des pays émergents, volatilité des marchés financiers et risques géo-politiques) et sur la manière dont ils pèsent sur la stabilité des prix. La BCE a cependant noté « la résilience de la zone euro face aux récents chocs économiques mondiaux ».

Mario Draghi a adopté le ton le plus accommodant possible, sachant qu’il n’avait pas de nouvelle mesure à annoncer. Il a suggéré que de nouvelles mesures seraient adoptées en mars et voulait que les marchés le sachent : « … il sera donc nécessaire de réévaluer et potentiellement de revoir notre politique monétaire lors de notre prochaine réunion, début mars ». Point intéressant, le président de la BCE a souligné que le texte du communiqué avait été approuvé à l’unanimité, ce qui relativise l’ampleur des dissensions au sein du Conseil des gouverneurs. Cette adoption à l’unanimité implique en effet que les cinq « faucons » du Conseil des gouverneurs qui s’étaient opposés aux mesures annoncées en décembre ont cette fois été d’accord pour suggérer que de nouvelles mesures seraient prises lors de la prochaine réunion.

Les membres du Conseil des gouverneurs n’ont pas discuté des mesures qui seront annoncées en mars, ils sont simplement tombés d’accord sur la nécessité de réévaluer la politique monétaire.

Ils s’attendent néanmoins à ce que les taux directeurs « restent à leur niveau actuel ou à des niveaux inférieurs pendant une période de temps prolongée », une affirmation qui n’avait plus été vue dans un communiqué depuis mai 2014. Nous tablons sur une baisse de 10 pdb du taux de dépôt à -0,40%, afin d’éliminer les pressions haussières sur l’euro. En effet, en termes effectifs, l’euro s’était rapproché de ce que nous considérons comme la « zone d’inconfort » de la BCE. Mario Draghi a par ailleurs insisté sur le fait que la BCE n’avait pas vocation à « protéger les banques » : la banque centrale n’hésitera donc pas à abaisser à nouveau ses taux, bien que cela augmente le coût des excédents de liquidité des banques.

De plus, comme nous l’avons détaillé dans nos Perspectives 2016, nous pensons que la BCE prolongera le QE jusqu’en septembre 2017 (contre mars 2017, actuellement). De fait, ni l’inflation ni l’inflation sous-jacente ne seront cohérentes avec la cible de la BCE en mars 2017, selon nos prévisions, et la BCE est par ailleurs engagée dans un mouvement d’assouplissement de longue haleine.

D’autres mesures sont également possibles, en particulier une expansion du QE, c’est-à-dire une augmentation du montant des achats mensuels. Nous pensons que les effets négatifs d’une telle mesure l’emporteraient sur les effets positifs à l’heure actuelle, dans la mesure où la situation économique de la zone euro n’est pas excessivement mauvaise et où la faiblesse de l’inflation est principalement liée à la chute des cours du pétrole. Toutefois, si les risques d’effets de second tour de la chute des cours du pétrole sur l’inflation sous-jacente s’intensifiaient ou bien si l’inflation sous-jacente cessait d’augmenter, voire baissait, le rapport avantages-inconvénients évoluerait et la BCE pourrait être amenée à augmenter ses achats mensuels.

La réunion du 10 mars sera d’une importance majeure à tous points de vue : le staff de la BCE publiera ses nouvelles prévisions économiques, avec les premiers chiffres pour 2018 et le Conseil des Gouverneurs devrait adopter de nouvelles mesures de politique monétaire. Six semaines est une longue période, surtout dans l’environnement financier actuel : les développements économiques qui auront lieu d’ici là pourraient avoir une importance majeure à la fois pour les prévisions et pour la décision de la BCE. Les interventions des membres du Conseil des gouverneurs pourraient nous renseigner sur les principales mesures à attendre le 10 mars, à commencer par les interventions des principaux membres du directoire, Mario Draghi, Benoît Coeuré et Peter Praet. 

Crédit Agricole S.A. — Direction des Études Économiques
N° 16/020 – 25 janvier 2015 louis.harreau@ca-cib.com
12 place des États-Unis – 92127 Montrouge Cedex
Directeur de la Publication : Isabelle Job-Bazille

Archives

Les dernières Actualités

05/11/2019
Consentir un prêt à ses enfants
FISCALITÉ, SUCCESSION TRANSMISSION
05/11/2019
Protéger l’avenir de son partenaire de Pacs
SUCCESSION TRANSMISISON
02/10/2019
Réaliser un investissement en zone locative tendue
PLACEMENTS, IMMOBILIER, INVESTISSEMENTS
02/10/2019
Derniers mois pour faire baisser votre impôt 2020
FISCALITÉ
02/10/2019
Assurance vie et régime communautaire font parfois mauvais ménage
SUCCESSION TRANSMISISON