Votre patrimoine est un projet d'avenir
29/03/2016
Actualité de la semaine
En Europe, Le temps n'est pas pour autant à l'euphorie
La panique éloignée, le temps n’est pas pour autant à l’euphorie

Les enquêtes du mois de mars parues cette semaine confirment les données réelles d’activité de janvier : le risque immédiat d’un retournement de l’activité mondiale est écarté. Le risque d’un affaiblissement de la croissance américaine et de la croissance chinoise au cours des prochains mois perd en probabilité. Le rebond de la production industrielle et des ventes au détail est assez général bien que des divergences existent entre les économies avancées et les économies émergentes, mais globalement l’ajustement des stocks en excès accumulés durant l’été est bien avancé et confirmé par les enquêtes de mars auprès des directeurs d’achats. Dans la zone euro, l’indice PMI agrégé de confiance des directeurs d’achat relatif à l’activité dans tous les secteurs retrouve son niveau du mois de novembre, le plus élevé depuis quatre ans et demi. Cependant, dans l’industrie, la confiance reste faible autant dans la zone euro qu’aux Etats-Unis, et en repli en France et au Japon. Ce n’est pas le cas des services où la confiance a augmenté des deux côtés de  l’Atlantique et particulièrement en Allemagne. Les enquêtes allemandes (Ifo et ZEW) ont délivré un message moins net mais nous fournissent néanmoins un résultat meilleur qu’anticipé.

Les perspectives s’améliorent, mais le rythme de croissance signalé pour les mois à venir reste modeste, notamment dans l’industrie, où un repli de l’activité n’est pas improbable après le fort rebond de janvier. Si les conséquences des attentats de Bruxelles, qui n’ont pas encore pu affecter les enquêtes du mois de mars (les données ayant été collectées avant le 22), seront limitées sur le plan conjoncturel, elles pourront néanmoins impacter négativement la confiance au cours des prochains mois. C’est sur le front politique que les conséquences pourraient être plus importantes. L’accord avec la Turquie sur les migrants paraît plus que jamais à risque et les opinions en faveur du Brexit pourraient s’en trouver renforcées. Sous la pression des nationalismes et des populismes, les solutions nationales risquent d’être privilégiées et les réformes retardées. Ce n’est pas ce dont l’Europe a besoin, comme l’a souligné M. Draghi avec force la semaine dernière en marge du sommet européen, rappelant à l’ordre les gouvernements européens.

Études Économiques Groupe – Crédit Agricole S.A. 12, place des États-Unis – 92127 Montrouge Cedex Directeur de la publication : Isabelle JOB-BAZILLE Rédacteur en chef : Armelle SARDA

Archives

Les dernières Actualités

05/11/2019
Consentir un prêt à ses enfants
FISCALITÉ, SUCCESSION TRANSMISSION
05/11/2019
Protéger l’avenir de son partenaire de Pacs
SUCCESSION TRANSMISISON
02/10/2019
Réaliser un investissement en zone locative tendue
PLACEMENTS, IMMOBILIER, INVESTISSEMENTS
02/10/2019
Derniers mois pour faire baisser votre impôt 2020
FISCALITÉ
02/10/2019
Assurance vie et régime communautaire font parfois mauvais ménage
SUCCESSION TRANSMISISON